Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site www.policeouestbw.be utilise des cookies.

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

On sous-estime souvent l’impact de notre consommation d’alcool au quotidien, tant sur le plan privé que professionnel : fatigue, stress, difficultés à prendre une décision, agressivité, etc. Comment puis-je savoir si ma consommation d’alcool actuelle peut devenir problématique ? Quels sont les risques effectifs de l’alcool pour mon organisme ?


consommation alcool

Un Belge sur 10 aurait une consommation problématique d’alcool selon Gisle et ses collaborateurs (Enquête de Santé 2013) et un Belge sur 20 présenterait un trouble lié à l’alcool selon une étude de l’Organisme Mondiale de la Santé (WHO- OMS, 2014).


Les consommations d’alcool et les difficultés qui y sont liées peuvent être vues comme un continuum allant d’une absence de consommation à l’alcoolo-dépendance. Nous situer sur ce continuum est important : on ignore souvent l’influence de l’alcool sur notre corps, notre humeur et notre efficacité. La dépendance à l’alcool est insidieuse et le risque est grand de ne se rendre compte du problème que lorsqu’il est devenu très grave.

 

L’impact de l’alcool sur notre corps …

L’alcool est donc une substance toxique pour l’organisme. Elle a un effet dépressogène et anxiogène sur le long et moyen terme malgré l’impression de détente ressentie dans un premier temps. Il peut nous rendre plus irritable par exemple. L’alcool perturbe également notre repos : difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, mauvaise qualité du sommeil, … Une consommation d’alcool régulière peut aussi fragiliser nos cognitions principalement au niveau de notre mémoire, notre attention, notre prise de décision et notre impulsivité, même si nous ne sommes pas sous l’influence du produit.


Il est important de savoir qu’arrêter brutalement une consommation d’alcool importante peut entrainer un sevrage physique (tremblements, sueurs, nausées, vertiges, …) qui peut s’avérer très dangereux voire mortel.



Qu’est-ce qu’une consommation peu dangereuse ?

L’OMS a proposé des recommandations pour la consommation d’alcool : un maximum de 3 verres standard par jour pour un homme et 2 pour une femme, avec un maximum de 5 verres standard en une circonstance.


Cependant, l’éthanol (alcool) est une substance cancérigène à toute dose et la fondation contre le cancer recommande de ne pas boire plus d’un verre standard par jour. Le conseil Supérieur de la Santé en Belgique (2018) propose, lui, un maximum de 10 verres standard par semaine avec plusieurs jours sans consommation d’alcool par semaine.

Un verre standard correspond à 10 grammes d’alcool pur (calcul : Volume en ml x % volume d’alcool x 0,789 /100= nombre de grammes d’alcool pur). Par exemple, un grand verre de vin correspond à 2 verres standard.

 

Comment se situer ?

Une consommation d’alcool peut devenir problématique quand elle devient dangereuse pour la santé (voir normes ci-dessus) mais aussi quand elle commence à nous poser un problème dans notre vie : conflits réguliers, grande difficulté à changer sa consommation, … Votre entourage s’est déjà inquiété ? Regrettez-vous souvent votre consommation d’alcool ?


Le questionnaire de dépistage général appelé l’AUDIT peut vous donner des indications sur votre consommation d‘alcool (voir sources).


 

 Vous souhaitez plus d’informations ? Une aide ?

N’hésitez pas à en discuter avec votre médecin traitant. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès d’un professionnel de la santé formé en addictologie


Si vous souhaitez faire un bilan au niveau de votre santé et vous informer, vous pouvez également vous inscrire aux journées «L’alcool et vous ?» du CHU Brugmann




Lauriane FABRY,

Psychologue clinicienne et neuropsychologue, CHU Brugmann

 

Copyright : www.secunews.be