Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site www.policeouestbw.be utilise des cookies.

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

Le système e-Call va progressivement faire partie de l’équipement standard de tout véhicule circulant dans l’Union européenne. De quoi s’agit-il effectivement ? Quelles sont les voitures concernées ? Quel impact pour la sécurité des conducteurs ? Quelques explications sur ce nouveau dispositif qui permettra de sauver de nombreuses vies.

 

 

0252 Accident grave Federale Police - Polimagery

 

 


La règlementation vise …


Depuis le 1 avril 2018, un règlement européen impose aux constructeurs d’installer un système d’appel d’urgence dans les nouveaux modèles de voitures. Les véhicules actuels et les anciens modèles toujours produits après le 1 avril 2018 ne sont donc pas concernés.

 

 

De quoi s’agit-il ?


Ce système d’appel d’urgence est appelé e-Call. Il permet d’avertir immédiatement les services de secours en cas d’accident ou de problème grave nécessitant un appel au 112, tout en donnant la position exacte du véhicule.


L’e-Call peut être activé de deux manières. Il peut tout d’abord l’être manuellement, en appuyant sur le bouton d’appel qui sera disposé dans l’habitacle. C’est par exemple intéressant en cas de malaise d’un occupant du véhicule ou quand on arrive sur les lieux d’un accident grave.


Dans l’autre cas de figure, l’e-Call envoie de lui-même un message au numéro d’appel d’urgence 112 en cas d’accident entraînant le déclenchement des airbags. C’est particulièrement utile lorsque les occupants du véhicule sont inconscients ou perdent tous leurs moyens en raison de l’accident.

 


Une meilleure collecte des informations


Dans les deux cas, l’opérateur reçoit certaines informations directement du système, à savoir l’endroit de l’accident via les coordonnées GPS et le type de véhicule (via le numéro d’identification du véhicule). Il sait également si le système e-Call a été activé automatiquement ou manuellement.


En fonction des informations récoltées, l’opérateur du centre d’appel d’urgence déploie les moyens adaptés à la situation. Cet opérateur a aussi l’opportunité d’entrer en contact avec les personnes conscientes qui se trouvent dans l’habitacle du véhicule, ce qui lui permet d’affiner les informations sur le problème ou sur l’accident.

 

 

Des vies sauvées, un coût amorti


Selon la Commission européenne, le système e-Call pourrait sauver chaque année jusqu'à 2500 vies dans l'UE et réduire sensiblement la gravité des blessures dans 15% des cas. En effet, les secours pourront ainsi arriver plus rapidement sur les lieux de l'accident, ce qui permettra de gagner 40% de temps dans les zones urbaines et 50% dans les zones rurales.


Le coût annuel de mise en place du système est estimé à 4,5 milliards d’euros pour l'ensemble de l'Union, à répartir entre l'installation du dispositif dans les véhicules, la modernisation des centres de réception des appels d'urgence et la mise à niveau des réseaux de téléphonie mobile. Mais les estimations faites par la Commission européenne indiquent que ce système entrainera une économie annuelle de plus de 26 milliards d'euros sur les coûts engendrés par les accidents et les embouteillages. A noter que le prix de vente des voitures augmentera sans doute aussi de quelques centaines d'euros.


On demandera bien entendu aux conducteurs et passagers d’éviter les appels intempestifs. Une panne ou une crevaison, par exemple, ne sont pas de bons motifs pour appeler les urgences. Mais comme il faudra des années avant que le parc automobile ne soit entièrement renouvelé, les autorités concernées disposeront de suffisamment de temps pour sensibiliser les automobilistes au bon usage du système.


Commissaire Olivier QUISQUATER

 

Règlement (UE) 2015/758 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2015 concernant les exigences en matière de réception par type pour le déploiement du système eCall embarqué fondé sur le service 112 et modifiant la directive 2007/46/CE

 

Copyright : www.secunews.be