Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site www.policeouestbw.be utilise des cookies.

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

Sur le chemin de l’école, l’enfant ne perçoit pas les risques d’accident

 

Les enfants sont parmi les usagers de la route les plus vulnérables. Leur distraction, leur impulsivité et leur petite taille constituent autant de facteurs de risques, mais pas seulement. Parents et automobilistes doivent aussi être conscients que l’enfant n’a pas, dans la circulation, la même perception des dangers qu’un adulte. Pourquoi et comment le rendre autonome, sans prendre de risques ?

 

0305 Passage piétons Patrick Decorte

 

Selon les études, ce n’est qu’à l’âge de 8 ans environ qu’un enfant peut se rendre compte des risques d’accidents. Mais l’enfant ne comprendra la nécessité de la prévention et ne pourra évaluer les dangers de la circulation qu’à partir de 10-11 ans seulement.


Accompagner les enfants jusqu’à l’âge de 8 ans


En fait, il est recommandé de ne pas laisser un enfant de moins de 8 ans se déplacer seul dans la rue.

Les raisons en sont multiples :


• le besoin de jouer, courir ou taquiner un copain est prépondérant chez l’enfant, qu’il soit en rue ou dans une cour de récréation …


• l’enfant ne prête attention qu’à une chose à la fois. Il traversera la chaussée pour attraper un ballon, sans tenir compte des voitures


• ce qui se passe en face de lui monopolise toute son attention, il remarque à peine ce qui se passe sur les côtés


• l’enfant ne fait pas de différence entre voir et être vu. S’il voit une voiture venir vers lui, il croit a priori que le conducteur s’est aperçu de sa présence


• un enfant de 7-8 ans n’est pas encore capable d’estimer les distances et les mouvements de véhicules, aussi rapidement qu’un adulte


• Avant 8 ans, un enfant a plus difficile à identifier et localiser les sons, il ne regardera donc pas nécessairement dans la bonne direction. De plus, il ne fera pas immédiatement le lien entre le bruit du véhicule et le fait que ce dernier est en mouvement.


Les rendre autonomes sans prendre de risques

  • L'apprentissage doit démarrer le plus tôt possible et se dérouler progressivement, en fonction de la maturité de l'enfant

     

  • Les conseils seront très concrets, formulés de manière simple et calme, sans le presser

     

  • Répéter les exercices est indispensable, on le fera de manière méthodique là où il n'y a pas de danger

     

  • Insister sur les règles de base et les dangers possibles le long du parcours

  • Expliquer les signaux lumineux, marques au sol, le rôle des guides scolaires, etc.


Ces recommandations sont explicitées plus en détails dans les articles suivants :

 


Christian Arnould
Commissaire divisionnaire er

 

Copyright : www.secunews.be