Afin de rendre votre visite encore plus agréable, notre site www.policeouestbw.be utilise des cookies.

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

Été solidaire : Les jeunes face à la police


Quatorze jeunes gens ont participé cette année à l’opération Été solidaire organisée à Rebecq.
Quatorze jeunes gens ont participé cette année à l’opération Été solidaire organisée à Rebecq.-ÉdA

Les jeunes gens engagés pour l’opération Été solidaire ont rencontré jeudi deux inspecteurs du service jeunesse
de la police Ouest Brabant wallon.

L’opération Été solidaire menée à Rebecq s’est clôturée ce vendredi et les quatorze jeunes conernés pourront se targuer d’avoir fait aboutir plusieurs projets depuis le 10 août. L’équipe de cette saison 2015 a œuvré pour la collectivité en remettant en état, par exemple, le sentier Maugras emprunté par des enfants qui fréquentent l’école Saint-Géry. Divers travaux de maintenance ont aussi été réalisés à la plaine de jeux du Fair-Play à Quenast.

Mais cette année, une nouvelle activité est venue se greffer au programme: une rencontre, ce jeudi, avec le service jeunesse de la police de la zone Ouest Brabant wallon. Durant plus d’une heure, deux inspecteurs ont exposé les règles relatives aux délits, aux différentes formes de vandalisme, de violence ainsi que les conséquences que peuvent entraîner ces actes. Les assuétudes et la détention de stupéfiants ont aussi été abordées. Cette visite faisait suite à des faits de vandalisme observés dans la commune au cours des derniers mois. «En juin, on a rencontré la police, à l’initiative de Patricia Venturelli (l’échevine déléguée à la fonction de bourgmestre) car, pas mal de dégradations ont été observées comme des poubelles brûlées, des graffitis, des abribus vandalisés. Cela devenait problématique», narre Benjamin Hocquet, chef de projet du plan de cohésion sociale (PCS). L’AMO (Action en Milieu Ouvert), le service d’aide à la jeunesse situé à Tubize, la maison de jeunes de Rebecq, le CPAS et le PCS se sont réunis et de là, a germé l’idée d’une rencontre entre les policiers et les jeunes travailleurs de l’opération Été solidaire. «On veut faire de ces jeunes des Cracs: des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires, ajoute Patricia Venturelli. Il nous semblait intéressant de faire venir ces deux inspectrices de police car les jeunes sont à l’âge où l’on se pose beaucoup de questions, notamment par rapport aux stupéfiants et à la détention de cannabis. C’est aussi l’occasion de montrer une autre image de la police et de faire passer comme message que certaines bêtises ont des conséquences.»



La police apprécie


Sophie Ghigny, inspecteur principal du service jeunesse de la police, a apprécié la démarche: «Il s’agit de notre deuxième sortie, après celle à l’école Saint-François d’Assise à Tubize, où des élèves avaient fait du grabuge à la gare. On n’est pas encore aguerries, mais c’est toujours chouette d’aller à la rencontre des jeunes. Ce jeudi, parmi les questions récurrentes, les faits de mœurs sont souvent revenus tout comme la détention de joints. Et ce qui les a interpellés, c’est que leurs parents pouvaient dans certaines situations devoir payer les suites des désagréments. Cela nous tient à cœur de mener ce genre d’action, cela fait partie de la police d’aujourd’hui, à savoir de travailler avec des partenaires extérieurs.»

 

 

 

article en ligne ici